La chimie du bien-être / Les hormones du bonheur

La chimie du bien-être : Les hormones du bonheur

La chimie du bien-être, les hormones du bonheur : ” La particularité de ces hormones du bien-être et de bonheur est qu’elles sont à notre portée, contrairement aux autres. On peut, par son comportement et son hygiène de vie, stimuler sa propre production de l’hormone sérotonine, d’endorphine et d’ocytocine. ” souligne le psychiatre et addictologue Michel Lejoyeux


L’hormone : Endorphine


Une endorphine est une hormone, un neuropeptide (une grande molécule sécrété par un neurone). Elle agit comme un neurotransmetteur sur les récepteurs opiacés. (aucun lien chimique aux composés de l’opium). Le complexe hypotalamo-hypophysaire sécrète les endorphines chez les vertébrés lors d’activité physique intense, excitation, douleur et orgasme. On les retrouve entre autres dans le cerveau et la moelle épinière ainsi que dans le système digestif.

Comme les opiacés, elles ont une capacité analgésique et procurent une sensation de bien-être voire d’euphorie. Faire de l’exercice physique peut augmenter la fabrication d’endorphines jusqu’à dix fois la quantité normale. C’est pourquoi il est recommandé souvent aux personnes déprimées, anciens fumeurs, anciens buveurs et aux personnes opioïdo-dépendantes en cours de sevrage de reprendre progressivement une activité physique régulière. En effet, celle-ci augmente naturellement la production d’endorphines.

L’endorphine est aussi une hormone libérée naturellement après un orgasme. Ce qui provoque la détente, le bien-êtrela relaxation et même l’envie de dormir après un acte sexuel.

Source : Wikipédia

N’oubliez pas donc de faire une activité physique régulière, pratiquer des activités qui vous procurent de l’excitation (jogging, vélo, natation…) et surtout de faire l’amour et de jouir de la vie!


L’hormone : Dopamine


La dopamine  est un neurotransmetteur, une molécule qui permet la communication au sein du système nerveux qui influe directement le comportement. Elle renforce les actions habituellement bénéfiques telles que manger un aliment sain en provoquant la sensation de plaisir ce qui active ainsi le système de récompense. Elle est donc indispensable à la survie de l’individu. Plus généralement, elle joue un rôle dans la motivation et la prise de risque chez les mammifères donc chez l’homme. Cette molécule est également impliquée dans certains plaisirs abstraits comme écouter de la musique.

Bien que la dopamine, avec la noradrénaline et la sérotonine, soient très minoritaires dans le cerveau, elles jouent un rôle essentiel des sorties motrices et psychiques. Dans le système nerveux central, la dopamine joue un rôle complexe et intervient dans diverses fonctions importantes telles que le comportement, la cognition, les fonctions motrices, la motivation, les récompenses, le sommeil ou la mémorisation.

Les personnes ayant un fort taux de dopamine auraient davantage tendance à poursuivre des conduites dites « à risque » ou à rechercher ces situations (dont l’usage de stupéfiants, les jeux de hasard ou les paris). En effet, des résultats scientifiques ayant mesuré le taux de dopamine ont montrés que les sujets qui avaient le plus fort désir de vivre de nouvelles expériences excitantes avaient à la fois plus de dopamine dans le cerveau et plus de régions du cerveau où la dopamine était active.

Source : Wikipédia

N’oubliez pas donc de faire des activités qui vous procurent du plaisir sans excès, et de vérifier la qualité de votre sommeil!


L’hormone : Sérotonine


La sérotonine est une hormone. Elle joue le rôle de neurotransmetteur en n’y représentant que 1 % du total présent dans le corps. Elle est indispensable à la survie des mammifères dont l’Homme. Cette hormone est impliquée dans la gestion des humeurs et est associée à l’état de bonheur lorsqu’elle est à un taux équilibré, réduisant la prise de risque et en poussant ainsi l’individu à maintenir une situation qui lui est favorable. Elle a aussi un effet antagoniste à celui de la dopamine qui favorise, la prise de risque et l’enclenchement du système de récompense.

Elle est impliquée dans la régulation de fonctions telles que la thermorégulation, les comportements alimentaires et sexuels, le cycle veille-sommeil, la douleur, l’anxiété ou le contrôle moteur. La sérotonine de la mère joue un rôle important dans le développement de l’embryon. Un déséquilibre de sérotonine expliquerait 50 % des cas de mort subite du nourrisson.

L’activité des neurones du raphé est liée au cycle veille-sommeil. Au cours du sommeil, les neurones du raphé sont silencieux et ne libèrent donc pas de sérotonine. Lorsque le sujet est éveillé, les neurones du raphé produisent des potentiels d’action à intervalles très réguliers. La fréquence des influx nerveux est corrélée à l’activité motrice. Ce qui suggère que l’activité motrice peut augmenter la quantité de sérotonine libérée dans le système nerveux central.

L’alimentation a un effet sur le taux de sérotonine. Cependant, la sérotonine ne traverse pas la barrière hémato-encéphalique, seul le tryptophane peut le faire. La banane, par exemple, bien qu’elle contienne de la sérotonine, n’a en revanche pas d’effet sur l’humeur lié à sa teneur en ce neurotransmetteur.

Source : Wikipédia

N’oubliez pas donc de faire attention à la qualité de votre alimentation!


L’hormone : Ocytocine


L’ocytocine est une hormone, un neuropeptide (une très grande molécule sécrété par un neurone) synthétisé par le cerveau, mais plusieurs autres types de cellules que celles du système nerveux sécrètent de l’ocytocine. Elle a un rôle connu chez les êtres humains, notamment en ce qui concerne la confiance, l’empathie, la générosité, la sexualité… Des études récentes ont commencé à suggérer que l’ocytocine pourrait avoir un rôle dans différents comportements, comme l’orgasme, la reconnaissance sociale, l’empathie, l’anxiété, les comportements maternels, etc., d’où son appellation abusive d’« hormone du plaisir » ou « hormone du bonheur » Dans certaines situations, l’ocytocine pourrait aussi induire des comportements « radicaux », voire violents pour la défense du groupe. Elle deviendrait alors une source d’agressivité défensive (et non offensive).

L’ocytocine apparaît comme l’hormone de l’attachement, qui établit les liens protecteurs de la mère avec ses petits. Du point de vue phylogénétique, ces liens, en garantissant la sécurité des petits, favorisent la survie de l’espèce. En outre, l’ocytocine joue un rôle dans les liens sociaux et atténue la phobie sociale. Elle interviendrait dans le sentiment d’appartenance à un groupe et dans la confiance entre les éléments du groupe. Hormone de la confiance, elle augmente l’empathie et la générosité.

Source : Wikipédia

N’oubliez pas donc de faire attention à votre entourage et de prendre soin de votre bien-être et du bien-être de ceux que vous aimez!


N’hésitez pas à nous contacter pour partager avec nous vos problématiques du moment au sujet du bien-être et réserver votre première séance de coaching.

Nous serons ravis de répondre à vos questions!

Contactez nous


Je vous invite à consulter les articles suivants :

Les différentes écoles de la pleine conscience


Je vous invite à approfondir le sujet en lisant ces livres :

Vos Hormones du Bonheur en Lumiere: Dopamine, Endorphine, Ocytocine, Serotonine

La Chimie du Bonheur


Source photo de couverture

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment