Confiance, Arrogance ou Ignorance

confiance arrogance ignorance

Confiance, Arrogance ou Ignorance?


La confiance en soi


Le centre de la confiance en soi est l’assurance, suite à la prédiction du futur, basée sur l’expérience cumulée. C’est un état extrêmement subjectif, qui nous permet d’avancer plus vite dans ce qui est le plus important pour nous. La confiance en soi est comme un muscle qui se développe tout au long des expériences de la vie.

Qui ne s’est jamais senti mal à l’aise face à une situation donnée? Un déficit même léger de la confiance en soi peut transformer certaines situations en cauchemar. Comme parler devant un grand public, négocier un contrat très important, aborder une femme ou un homme envers laquelle / lequel on éprouve une attirance, demander plus de garnitures au restaurant etc… Et la liste est longue : la graine du sentiment d’inconfort va se planter là où le manque de confiance est caché. Ceci est très variable en fonction des personnes. Inutile donc de dire “Aie confiance en toi!” ou “N’aie pas peur!” à une personne angoissée à l’idée de présenter un projet devant 100 personnes. La raison n’a rien à voir là-dedans.

La confiance en soi selon Larousse est : “Assurance, hardiesse, courage qui vient de la conscience qu’on a de sa valeur, de sa chance : Faire face aux difficultés avec confiance.” On trouve dans cette définition l’importance de la relation construite avec soi, fondée sur le sentiment d’assurance et de sécurité que l’on inspire à soi-même.

La confiance en ses aptitudes prend racine dès l’enfance. Entre zéro et quatre ans, l’enfant prend confiance à travers les progrès qu’il réalise. Les parents jouent un rôle important : quand ils aident, soutiennent, et autorisent des nouvelles expériences, ils peuvent stimuler l’enfant et lui donner l’envie d’en faire plus.


L’arrogance


Imaginez-vous, après plusieurs jours de travail sur un dossier très important, sur lequel vous avez sollicité de l’aide d’une personne qui vous a aidé sur une petite partie du dossier. Voilà le travail terminé avec succès enfin! Vous annoncez cette réussite à cette personne. Tous ces grands sentiments de confiance et de fierté peuvent s’évaporer rapidement si la personne vous répond que c’est grâce à elle et à ses excellents conseils que vous avez eu cette réussite, et que sans elle, vous n’aurai jamais pu réussir ce travail …

Certains spécialistes définissent l’arrogance comme une posture psychique construite voire acquise ou apprise, que le sujet adopte à l’égard des autres à des fins défensives, sachant que la façon la plus utilisée pour la défense est l’attaque. L’arrogance est basée sur l’artifice et la violence : Cette posture n’est pas naturelle, elle sollicite une tension permanente dans le corps pour imposer son image aux autres, mais aussi, à soi-même.

L’humiliation est à l’origine de l’arrogance. La posture arrogante repose souvent sur une identification à un personnage glorieux de l’enfance pour cesser une attaque en s’y identifiant. Ceci a comme objectif de compenser une infériorité voire une humiliation transmise.

En faisant mes recherches pour rédiger cet article, j’ai trouvé plusieurs définitions qui associent l’arrogance à l’orgueil. Et c’est loin d’être vrai. L’arrogance n’est pas l’orgueil, qui est une forme de satisfaction de soi. En effet, l’orgueilleux se protège par la fuite et refuse de communiquer avec l’autre quand il a peur de la déception, de ne pas être aimé, comme il s’aime lui-même. Tandis que l’arrogant a absolument besoin de l’autre qui lui renvoie son image. L’orgueilleux peut se satisfaire d’une réussite même minime et ponctuelle, par contre, l’arrogant a une position plus fragile, contrairement aux apparences.


La différence entre la confiance et l’arrogance


Confiance et arrogance : ce sont deux états très différents, même si la plupart des gens sont capables de les confondre parfois. Voici comment repérer la différence :

  • Les confiants utilisent leur langue judicieusement tandis que les arrogants utilisent généralement un langage verbal fort.
  • Les confiants sont toujours en action tandis que les arrogants sont toujours en réactions. Quand est-ce qu’un animal effrayé mordera-t-il ? Dans les moments de peur de perdre quelque chose, ou de se sentir en danger. Les confiants savent comment contrôler leurs émotions afin de contrôler la situation dans laquelle ils se trouvent pour faire avancer les choses.
  • Les confiants pensent que tous les gens méritent d’être traités de façon égale alors que les arrogants pensent qu’ils sont meilleurs que les autres. Une étude psychologique menée sur les enfants de 7 à 11 ans par l’Université d’Amsterdam et l’Université d’État de l’Ohio a montré que les enfants qui ont été informés par leurs parents qu’ils sont meilleurs que d’autres développent une forte personnalité narcissique.
  • Les confiants écoutent et considèrent judicieusement les opinions des autres tandis que les arrogants ne peuvent résister à la critique et le jugement. Si les confiants découvrent qu’ils ont tort, ils n’auront aucun problème à essayer de corriger l’information ou l’action alors que les arrogants ne feront que tout pour prouver qu’ils ont raison.
  • Les confiants peuvent travailler dans n’importe quelle organisation, tandis que les arrogants travaillent mieux dans les systèmes hiérarchiques. Les confiants respectent les autres, de sorte qu’ils peuvent travailler avec de nombreuses personnes différentes. Ils ne craignent pas que quelqu’un prenne leur position parce qu’ils croient fermement en eux-mêmes.
  • Les confiants considèrent le travail et l’implication comme leur chemin tandis que les arrogants ne sont que des demandeurs d’opportunités. Les arrogants considèrent le succès comme une chance ou une occasion.

En quoi l’arrogance est-elle toxique?


L’arrogance s’accompagne d’une démonstration constante de supériorité à l’égard de l’autre, destinée à le maintenir au niveau inférieur. C’est donc une agression envers l’autre. Il s’agit toujours d’un mépris dont le sujet imagine être victime et qu’il renvoie en miroir en le démultipliant. La souffrance de l’arrogant découle du fait qu’il se sent vide de la puissance qu’il attribue à l’autre.

On en aurait un exemple dans le comportement du voyou agressant les personnes âgées car, il ne voie plus en eux des semblables mais des nantis, voire des profiteurs, confortablement installés dans la vie.

D’où le fait que l’humiliation d’abord et la destruction ensuite leur apparaissent comme une réaction juste et normale. La posture d’arrogance sert donc une réparation narcissique d’une perception de la situation qui appartient à l’arrogant. Ce fantasme s’inscrit dans la violence illimitée.

Les conséquences sociétales sont donc lourdes car l’arrogance va de pair avec le mépris de l’autre.. L’arrogance envers les enfants est la forme d’arrogance la plus dangereuse. N’ayant pas assez de recul, les enfants peuvent croire les propos de l’agresseur ce qui peut être à l’origine de développement de multiples blessures émotionnelles et de manque de confiance en eux. Et qui peuvent à leurs tours développer cette posture d’arrogance pour se protéger.


Et l’ignorance?


En ces temps où la norme nous dicte d’être extraverti, ouverts d’esprit et dynamiques, on associe le manque de confiance en soi à la timidité. Et ça n’a aucun sens. Car la confiance en soi, c’est l’idée que nous nous faisons de notre capacité à affronter une situation donnée. Du coup, il est à l’évidence impossible de se sentir sûr de soi en permanence, car nous n’avons pas toutes les compétences nécessaires pour faire face à tout. Cependant, bien se connaître et reconnaître nos capacités permet de se sentir plus serein face aux aléas de nos vies.
De même, pourrions-nous éviter l’arrogance pendant toute notre vie? En situation de stress extrême ou danger saurions nous capable de vivre un état d’arrogance envers quelqu’un? L’arrogance camoufle un besoin d’autoprotection, d’auto valorisation et de reconnaissance. Ce que l’on ignore, c’est que l’arrogance est une forme de névrose. Selon Paul Watzslawick, une névrose est une stratégie initialement gagnante (qui a permis de se protéger d’une situation donnée) et qui ne s’est pas adaptée à l’évolution des circonstances de notre vie. La peur de souffrir de nouveau verrouille la personne dans un comportement inadapté à la nouvelle réalité dans laquelle, elle ne souffre plus.


Pour conclure


Prenez soin de votre confiance en vous et travaillez constamment à être en paix avec vous-même. Et si vous prenez conscience un jour que vous avez franchi la ligne de l’arrogance, essayez de chercher l’élément déclencheur qui vous a poussé à avoir cette réaction de défense. Qu’est-ce qui fait que vous avez réagi ainsi et ce qui a déclenché ce besoin d’autoprotection?
Quoi qu’il arrive l’empathie et l’humilité sont les meilleurs moyens de toute situation. Si vous manquez de confiance ou face à une arrogance, restez empathique avec vous même et avec l’autre. (Il a certainement vécu des expériences très douloureuses dans le passé pour développer cette forme d’agressivité). Et rappelez-vous que vous êtes libre de garder ou pas cette personne dans votre entourage. Si votre seuil de tolérance est atteint, éloignez-vous de cette personne, ou supprimez la de votre vie. Chacun est libre de choisir sa propre expérience.

L’humilité rend invulnérable.

Marie von Ebner-Eschenbach

N’hésitez pas à nous contacter pour partager avec nous vos problématiques du moment.. Nous serons ravis de répondre à toutes vos questions!

Contactez-nous


Je vous invite à consulter les articles suivants :

Les croyances et la réalité

3 Habitudes indispensables pour être Zen dans sa communication


Je vous invite à approfondir le sujet en lisant ces livres :

Confiance Illimité

Pouvoir illimité


Source photo de couverture

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment